Marion, 13 ans pour toujours.


Il y a quelque temps & été diffuser sur France 3 un téléfilm luttant contre le harcèlement scolaire, inspiré d'une histoire vraie, écrite par Nora Fraisse, une mère ayant eu le malheur de vivre cela. Marion, 13 ans pour toujours (A voir en replay ici), raconte ce qui est malheureusement arrivée à Marion, une jeune adolescente de treize ans, harcelée à l’école mais aussi sur les réseaux sociaux. A cause de cela, elle a prise la décision de mettre fin à ses jours. Une mesure extrême qui montre bien le mal que peut faire ce harcèlement...
Avant de parler du documentaire en lui-même, je voulais vous définir le Harcèlement scolaire (Source : Le site de l’éducation nationale):
« Le harcèlement se définit comme une violence répétée qui peut être verbale, physique ou psychologique. Cette violence se retrouve aussi au sein de l’école. Elle est le fait d’un ou de plusieurs élèves à l’encontre d’une victime qui ne peut se défendre. Lorsqu’un enfant est insulté, menacé, battu, bousculé ou reçoit des messages injurieux à répétition, on parle donc de harcèlement. Les trois caractéristiques du harcèlement en milieu scolaire :

  • la violence : c’est un rapport de force et de domination entre un ou plusieurs élèves et une ou plusieurs victimes 
  • la répétitivité : il s’agit d’agressions qui se répètent régulièrement durant une longue période
  •  L’isolement de la victime : la victime est souvent isolée, plus petite, faible physiquement, et dans l’incapacité de se défendre Les risques de harcèlement sont plus grands en fin d’école primaire et au collège. Le harcèlement est un phénomène de groupe qui réunit toujours plusieurs acteurs : la victime, son ou ses agresseurs et les témoins. Cette relation triangulaire entre victime, agresseur(s) et témoins est centrale dans le maintien du harcèlement :
  • le(s) harceleur(s), parvenant à faire de ses camarades témoins les complices de ses actes, installent une relation de domination collective sur la victime 
  • la victime, ne trouvant ni défense ni empathie chez ses pairs, s’enferme très souvent dans l’isolement 
  • Les témoins, en soutenant, encourageant ou faisant semblant d’ignorer le harcèlement, renforcent la violence du harceleur 
L’usage des nouvelles technologies peut favoriser, accroître ou induire des situations de cyberharcèlement. »


Le harcèlement prend donc diverses formes et de nouvelles formes font leur apparition selon les évolutions technologiques. Je trouve que c’est un sujet encore tabou, dont on ne parle pas assez et qui est cependant bien plus présent que ce que l’on croit. Les chiffres de l’Unicef et de l’observatoire international de la violence à l’école parlent d’eux même : 12% des élèves de CE2, CM1, CM2 sont victimes de harcèlement modéré à sévère soit 295 600 élèves. Pour le collège, c’est 10%, soit 332 000 élèves. Et enfin au lycée, 3.4%, soit 73 000 lycéens. 1 élève sur 5 aurait aussi connu de la cyberviolence. 

Comme dit précédemment, le harcèlement peut être modérer ou sévère. Je ne suis même pas certaine que ces chiffres représentent le nombre réel d’enfant harcelé, parce que finalement, combien n’oseront jamais en parler ? Dans ce film diffusé, on voit clairement le mal être de cet enfant, mais aussi, l’incompréhension des parents lorsqu’il découvre ce qui lui est arrivé. On voit Marion qui ne montre rien, qui prend sur elle pour ne pas inquiéter sa famille, elle semble forte, elle est forte. On remarque sa baisse de morale. Marion nous est montré au départ comme une personne heureuse, souriante, et travailleuse. C’est une bonne élève. Ce film nous fait comprendre également que le harcèlement peut partir d’un rien, de quelque chose de banal : De la jalousie d’une personne, de l’envie de travailler d’une autre… . Des situations courantes de la vie qui vont finir par dégénérer et entrainer un cercle vicieux. Ce qui m’a également énormément interpellé dans ce film, c’est le « je m’en foutisme » des adolescents après le drame. Pour eux, la vie continue et ils n’ont pas l’air d’avoir la moindre culpabilité. Les enfants et adolescents ne se rendent pas compte du mal que peux faire des insultes, des remarques sur le physique, des rumeurs et tout autre type de violence. J’ai le sentiment que de nos jours, il n’existe plus aucune limite. Un harcèlement, même modérer peu faire perdre à la victime toute la confiance qu’elle pouvait avoir en elle. Cela peut avoir un impact considérable sur sa vie. Et ces victimes ont honte, se sentent mal, elles ont le sentiment que c’est leur faute, qu’elles auraient dû faire les choses autrement, que c’est de leur faute car elles sont différentes. Elles se taisent, elles n’en parlent pas, parce que c’est dur, dur d’assumer ça. Ça donne l’impression de ne pas être assez bien, assez fort. C’est aussi quelque chose de difficile à déceler car les personnes qui sont victimes de ça le cache et la plupart du temps même très bien. C’est encore un sujet encore trop peu abordé je trouve. Pour ma part je ne comprends même pas que l’on puisse faire subir ça à quelqu’un. Malheureusement, cela se passe, encore, tous les jours et beaucoup trop souvent. Les nouvelles technologies n’arrangent pas la chose.



Si vous êtes une de ces personnes qui s’amusent à critiquer quelqu’un de son école, collège, lycée ou autre, pour aucune raison, que ce soit parce que vous n’aimez pas la personne, que celle-ci est différente, pense différemment, parce que vous êtes jaloux(se) ou tout simplement si vous voyez la personne faire quelque chose et que vous allez vous amuser à déformer ce geste pour lancer des rumeurs ou autres, réfléchissez deux fois avant de faire cela. Ne faites pas aux autres ce que vous n’aimeriez pas que l’on vous fasse. Pensez aux conséquences qu’un simple mot peut avoir sur le court de la vie d’autrui. 

Et pour toutes les personnes qui se sentent concernés par le harcèlement, que ce soit modérer, ou sévères, de simples petites insultes répétés, rumeurs, gestes, peu importe. Vous n’êtes pas coupable, ce n’est pas de votre faute, vous n’avez rien fait de mal. Vous êtes différents ? Tant mieux. Vous pensez différemment ? Tant mieux. Vous avez autant de valeur que n’importe qui dans ce monde. Ne perdez pas espoir et accrochez-vous, parlez-en. Parce que, si vous continuez d’y croire, tout finira par s’arranger. 







Source images : Google images

4 commentaires:

  1. Salut Meryl !
    Je t'avoue ne pas avoir regardé ce documentaire :)
    Mais je trouve que le harcèlement scolaire est un acte grave. En même temps, à leur âge on n'avait pas tous les réseaux sociaux et tout le reste je pense que c'est aussi le rôle des parents de surveiller cela. Tristement, les gens aiment critiquer et faire du mal aux autres parce qu'ils ne s'aiment pas eux-même !

    En tout cas ton article était intéressant :)
    bisous
    Marianne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marianne !
      Oui, c'est un acte grave, mais les enfants ou les personnes qui font subir ça n'en ont pas conscience, il ne se rendent pas compte du mal qu'il font malheureusement.

      Merci du commentaire.
      Bisous <3

      Supprimer
  2. J'ai vu ce film et c'était bouleversant ! Je ne pense pas réussir à lire le livre du coup.. :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi j'aimerai vraiment lire le livre, même si le film est vraiment bien fait et comme tu le dis, bouleversant.

      Supprimer